18/01/2015

La permaculture s'invite dans mon jardin

Entre un permatelier avec Bernard Alonso, la prise de vue d'une application concrète et enfin la visite d'un de ses élèves diplômés son groupe de Zurbaculteurs, dans mon modeste jardinet j'expérimente pas à pas la permaculture. Partage.



La permaculture, qu'est-ce que c'est et d'où ça vient ? David Holmgren et Bill Mollison sont à l'origine du concept de permaculture, avec la publication de leur livre éponyme en 1978. Contrairement à une idée reçue, la permaculture ne s'applique pas qu'à l'agriculture, mais à la vie en général. Ainsi que le souligne la définition que Bernard Alonso m'avait donnée dans une interview vidéo au printemps dernier, « la permaculture est une tentative de récréer un écosystème dont les éléments sont en inter-relation partagent leurs forces pour créer de l'énergie».


Les "Zurbas". Basés dans le Val de Marne, les Zurbaculteurs sont un groupe thématique émanant des Boucles de la Marne, association de citoyens proches des Colibris et du mouvement de la transition. Leur objectif est de « permacultiver la biodiversité urbaine locale en rendant les jardins des copropriétés et des propriétés productifs et beaux. »

Document de travail pour l'observation

Observation dans mon jardin. Au matin d'un froid dimanche de janvier, sept Zurbaculteurs débarquent sur mon petit terrain et en observent tous les recoins. Chaque groupe est muni d'un écritoire sur lequel est disposé un extrait du cadastre, représentant l'implantation de ma maison et de mon jardin. Tout compte en permaculture, pas seulement la disposition du jardin, mais aussi l'exposition, l'emplacement et la hauteur des bâtiments et évidemment la nature du sol. Les idées fusent parmi les "Zurbas" : taille de la haie de cyprès pour redonner de la lumière à mes fruitiers, implantation de champignons, et pourquoi pas évider cette souche de résineux en plein soleil pour y faire pousser quelques cucurbitacées ou repeindre les murs en blanc pour maximiser la lumière sur le potager. A la fin de l'observation, on rentre grelottants  pour siroter des boissons chaudes, alors qu'Emmanuel -référent des Zurbas- ramasse les copies.

Le projet de design

C'est parti pour un beau design. L'objectif de l'observation était de réaliser ce qu'on appelle en permaculture un design, que Bernard Alonso définit en français comme « une planification d'un mécanisme naturel d'inter-relations de systèmes créant de l'énergie. » Deux semaines plus tard, les résultats du brainstorming ont été synthétisés en image dans un design. Bientôt le prochain épisode : la première phase de la transformation de mon jardin qui devrait être organisée rapidement pour profiter de la trêve hivernale.

5 commentaires:

Josée RUDIER a dit…

Ha, j'ai reconnu mon doc de travail ! Vivement la suite des opérations, prends des photos, ca va être sublime. Bises et a demain. Josée

Nadège Grézil a dit…

Formidable, j'ai hâte de voir le travail des saisons sur ce beau design...

Atalanta a dit…

@Josée: Je me disais bien que ce coup de crayon magistral me rappelait quelqu'un :-)
@Nadège: C'est promis Nadège, j'organiserai une visite guidée au printemps.

planet addict a dit…

Joli travail!
J'avais également vu comment se passait l'observation d'un terrain, d'ailleurs je vais suivre un cours de permaculture en ligne, c'est un sujet qui m'intrigue!

Atalanta a dit…

Tu verras, c'est passionnant. En quelques séances, j'ai déjà l'impression d'avoir appris un paquet de trucs nouveaux.