28/09/2015

Demain le film, impressions d'avant-première

Cela fait presque deux ans que l'on entend parler de Demain, le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, qui a battu des records en matière de financement participatif avec 444 390 € via 10266 contributeurs. Alors, quand on est calé dans un siège du cinéma Max Linder pour assister à l'avant-première « number one » du film, l'impatience se mêle à la curiosité : Mais qu'est-ce qu'ils ont bien pu nous préparer ?
Toc, toc, toc, le rideau se lève....


… Et commence par une gifle, avec une étude scientifique qui prédit l'effondrement des écosystèmes avant le siècle prochain... Heureusement, le chapelet des solutions nous attend à l'orée de la forêt primitive. Pour moi, dont le cheminement dans cet univers engagé a débuté en 2012 après un reportage à Detroit, l'émotion est intense parce que c'est là que débute la quête de solution des deux réalisateurs: dans les premières ruines de notre système. Le récit par chapitres, qui visite l'agriculture et l'alimentation, l'énergie, l'économie, la démocratie et enfin l'éducation coule sans a-coups. L'interconnexion entre les thèmes frappe. L'image est belle, très belle. L'implication des deux réalisateurs dans leur sujet est naturelle, presque évidente.


Sérieux sans se prendre au sérieux. Dans leur commentaire, « Mélanie-Candide » et Cyril « zeee expert » dialoguent avec justesse sur fond de ciel bleu, autour du fil rouge "problème-solution": leurs échanges comme les répliques des personnages qu'ils ont sélectionné pour incarner ce nouveau monde vertueux, distillent cette pointe d'humour qui selon moi fait la différence entre Demain et quelques documentaires marquants, sortis depuis 18 mois autour du changement de paradigme. Demain n'est pas une comédie, mais durant 1h58 (hé oui, c'est aussi long qu'une fiction, mais on ne s'ennuie pas une seconde), vous allez sourire et même rire, parfois avec une petite pointe douce-amère.


Pour les spectateurs sont engagés dans les Colibris, la transition ou d'autres mouvements citoyens, pour ceux dont la sensibilité écologique est déjà ancrée, Demain sera un voyage prenant et inspirant dans ce nouveau monde. Pour tous les autres, qui découvrent progressivement et dans l'effroi la menace climatique, le film a le mérite d'offrir un tour d'horizon efficace et parfaitement documenté. Et c'est tant mieux, parce que Demain est supposé être projeté durant les négociations du COP 21: Un privilège, mais une sacré responsabilité pour les deux réalisateurs. On aimerait bien faire la petite souris, coincer certains de nos dirigeants à la sortie de la salle et recueillir leurs premières impressions...


Après Demain? Interrogés sur leur intention ou non de se lancer dans une suite de Demain, Cyril Dion et Mélanie Laurent ont souligné leur désir que leur oeuvre soit un point de départ et de ralliement entre toutes ces initiatives vertueuses et non le clap de fin d'une belle aventure. Cinéastes, oui, mais activistes aussi, avec parfois l'impression frustrante de prêcher dans un quasi désert: «quand je parlais de mon projet autour de moi, raconte Mélanie Laurent, on me demandait: 'mais qu'est-ce que tu t'emmerdes pendant un an et demi à faire un documentaire écolo qui n'intéresse personne ?' Je ne me suis pas vraiment sentie soutenue.» D'où un désir légitime que l'impact de son film dépasse la pellicule.


Pratique. Le film sort en salles le 2 décembre et vous pouvez suivre son actualité sur sa page facebook, son compte twitter et découvrir le programme d'avant-premières et des supports pédagogiques autour des solutions sur son site. Il sera bientôt possible d'enrichir l'expérience avec le livre Demain, un monde en marche, écrit par Cyril Dion. Et pour les petits, Demain, la BD abordera le sujet de façon plus ludique. Les deux ouvrages sont publiés dans la collection Domaine du possible chez Actes sud.



(Crédit photo: Mars Films- move movies)

2 commentaires:

Ophélie Feedbackbaby a dit…

ça donne super envie ! je pense que je vais foncer en salles dès qu'il sort ! :)

Atalanta a dit…

D'ici là, tu pourras peut-être assister à une avant-première ou une projection presse en Normandie. Une chronique possible pour ton magazine, même ;-)